Le mensuel des entreprises de la finance et du business

CE QUI FAIT VRAIMENT LA DIFFÉRENCE !

CE QUI FAIT VRAIMENT LA DIFFÉRENCE !

Le projet de budget pour l’année 2018 a été élaboré dans un contexte sociopolitique et économique moins favorable, marqué par des chocs externes et internes enregistrés en début d’année 2017», a annoncé d’emblée, le porte-parole du gouvernement, Bruno Nabagné Koné, dans son communiqué à l’issue du Conseil des ministres du 4 octobre 2017. Ce projet

Le projet de budget pour l’année 2018 a été élaboré dans un contexte sociopolitique et économique moins favorable, marqué par des chocs externes et internes enregistrés en début d’année 2017», a annoncé d’emblée, le porte-parole du gouvernement, Bruno Nabagné Koné, dans son communiqué à l’issue du Conseil des ministres du 4 octobre 2017. Ce projet de budget s’équilibre en ressources et en emplois à 6 723,5 milliards F Cfa. Soit environ 12,06 milliards de dollars américains. Comparé au budget rectifié de l’année en cours, évalué à 6 447,6 milliards F Cfa, le nouveau budget de l’Etat ivoirien ne connait qu’une hausse de 4,3%, soit de 275,9 milliards F Cfa. N’oublions pas que la dernière loi de finances avait notifié un budget initial de 6 501,4 milliards F Cfa pour l’exercice budgétaire 2017. En faisant le rapprochement, les deux budgets ont un écart de seulement 222,1 milliards. Cette situation baissière du budget de l’Etat ivoirien est essentiellement liée à l’environnement socio-économique au premier trimestre 2017, marqué par des chocs extérieurs et intérieurs. Il s’agit notamment de la baisse des cours mondiaux du cacao d’environ 35%. Ce qui a des répercussions directes sur les recettes de l’Etat à travers le prix garanti bord champ payé aux producteurs et le Droit unique de sortie (Dus) pour les exportations des fèves et produits semi-finis du cacao ivoirien. Autre chose, c’est le retour à la hausse des cours du pétrole brut. Sans oublier les engagements pris par le gouvernement pour honorer les revendications sociales des fonctionnaires et des militaires ivoiriens. Ces faits ont contribué à revoir en baisse le taux de croissance économique de 2017. Initialement prévu à 8,9%, l’Etat projette maintenant d’atteindre 8,5% à la fin de cette année. Tous ces facteurs ont aussi impacté négativement le projet de budget pour l’exercice 2018.

LES GRANDES COMPOSANTES

Ce budget va essentiellement reposer sur les ressources internes (fiscales et non fiscales). Et les projections sont de l’ordre 5 471 milliards F Cfa (81%) contre 1 285 milliards de ressources extérieures (19%) sous formes d’appuis, d’emprunts et dons. Le projet de budget prévoit aussi de renforcer les investissements publics pour lesquels un montant de 1 833 milliards F Cfa est prévu. «C’est le niveau le plus élevé en valeur absolu que notre pays ait connu, 7,6% Pib, 29,6% du budget donc pratiquement le 1/3», indiquait Bruno Koné. Et il a rappelé que : «les dépenses dites pro-pauvres occupent une place de choix dans le dispositif gouvernemental». C’est la raison pour laquelle
il est prévu d’allouer jusqu’à 2 290,8 milliards F Cfa du budget global à cette catégorie de dépenses. Lesquelles dépenses, à en croire le porte-parole du gouvernement représente : «un accroissement de l’ordre de 10,10% comparé à 2017». Et au ministre d’ajouter que : «ce projet de budget consacre la poursuite de la mise en oeuvre des priorités du gouvernement, notamment l’accroissement de l’offre d’infrastructures socioéconomiques et de services de base, l’amélioration du système d’éducation pour l’adapter au mieux au marché du travail, la consolidation du système de santé afin de le rendre davantage accessible aux couches les plus démunies et l’amélioration de la situation alimentaire de la population». Une attention particulière va également être accordée à la création d’emplois, notamment pour les jeunes et les femmes. Et, l’un des points cruciaux sur lequel le gouvernement ne veut pas lésiner sur les moyens c’est : «la nécessité du renforcement du dispositif sécuritaire et de défense pour la rendre plus résiliente dans le contexte sous régional actuel de menaces terroristes», annonce Bruno Koné.

Emerg_eco
ADMINISTRATOR
PROFILE

Posts Carousel

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *

Cancel reply

Latest Posts

Top Authors

Most Commented

Featured Videos

En vente ce mois-ci

Agenda