Le mensuel des entreprises de la finance et du business

DES EXPERTS SE PENCHENT SUR LA PROMOTION DES VILLES DURABLES

DES EXPERTS SE PENCHENT SUR LA PROMOTION DES VILLES DURABLES

La 6ème édition du salon international de l’architecture et du bâtiment (Archibat) marquant le 10ème anniversaire de cet évènement a ouvert ses portes, le 3 octobresur le site du futur parc d’expositions d’Abidjan, route de l’aéroport, sous la présidence du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly. Le chef du gouvernement, avait à ses côtés, le ministre

La 6ème édition du salon international de l’architecture et du bâtiment (Archibat) marquant le 10ème anniversaire de cet évènement a ouvert ses portes, le 3 octobresur le site du futur parc d’expositions d’Abidjan, route de l’aéroport, sous la présidence du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly. Le chef du gouvernement, avait à ses côtés, le ministre de la Construction, de l’Assainissement, du Logement et de l’Urbanisme Claude Dé Isaac et le ministre des Infrastructures économiques, Amédée Kouakou. Ce sont 300 exposants qui ont pris part à cette édition dont 30% venant des pays étrangers : de l’Australie, la France ; la Tunisie, le Maroc, l’Egypte… Les exposants ivoiriens sont isus de divers secteurs d’activités : les architectes, les industriels évoluant dans le ciment et les agrégats de la construction, les entreprises de seconde oeuvre (menuiserie, revêtement, peinture, promotion immobilière, équipements de cuisine, carrelage). Promouvoir des villes durables : les propositions des acteurs L’un des évènements ayant marqué la 6ème édition d’Archibat a été le panel sur le thème central, «Comment la construction durable peut-elle contribuer au développement urbain durable dans le contexte d’une économie émergente : le cas de la Côte d’Ivoire». Les experts ont mis en exergue la nécessité de promouvoir des constructions écologiques saines en utilisant des produits naturels. «La Côte d’Ivoire dispose de nombreux atouts pour développer des constructions en écomatériaux. Il faut pour cela, mutualiser les compétences locales, il faut aussi moderniser et valoriser ce que nos ancêtres ont fait depuis des siècles et les développer avant que les autres ne viennent tout copier et venir nous les enseigner» a insisté le Pr Emeruwa Edjikémé, directeur du département des géomatériaux de l’université Félix Houphouët- Boigny d’Abidjan Cocody. Quant à l’architecte Ayamel Sara, elle souligne l’importance des quartiers écologiques comme alternatives aux bidonvilles. Pour elle, il est possible de construire des logements décents avec les moyens du bord, sans avoir à utiliser des matériaux hors de prix pour les populations vulnérables. Pour réussir cela, il faut associer selon elle les populations à l’assainissement de leur cadre de vie. Déplorant la quasi inexistence des logements écologiques sur le continent africain en dehors de quelques initiatives réussies en Afrique du Nord (Maroc), de l’est (Kenya, Tanzanie), elle a profité de cette tribune pour exhorter les Etats africains à s’inscrire dans cette direction au regard des nombreux besoins en habitats enregistrés et toujours non satisfaits. Par ailleurs, Witzman Mischa, architecteà l’agence Karawitz (France), s’est appesanti sur les principes de développement durable dans la construction d’édifices écologiques en pays chauds. Ce panel dont la modération était assurée par l’architecte Andoh Jacqueset ex-ministre ivoirien a permis aux nombreux participants d’être édifiés sur les questions architecturales et conceptuelles, ainsi que sur les bonnes pratiques de construction dans les climats chauds et humides.

LA 6ÈME ÉDITION SOUS LE SIGNE DE LA MATURITÉ
Cette édition a été l’occasion pour Séhinabou Yolande Doukouré, présidente du Conseil national de l’Ordre national des architectes de Côte d’Ivoire (Cnoa-ci) de relever les acquis de ces 10 ans d’existence. «Archibat, c’est le couronnement de tout un processus (…) Au cours des différentes éditions, ce salon a permis à travers les thèmes développés de mettre l’architecte à la portée de tous.» a-t-elle expliqué. Ce salon est également selon elle, l’occasion de créer une plateforme d’échanges, de diffusion d’informations, entre architectes et le public. Le rôle de l’architecte à ce salon est dira t-elle, de conseiller et d’éduquer les populations, de faire de chaque visiteur un consommateur averti, afin de l’amener à comprendre comment passer du rêve de l’architecte à la réalité d’améliorer son cadre de vie. «Ce salon n’est pas seulement le reflet de notre imagination, c’est aussi le fruit d’une réflexion élaborée en partenariat avec les exposants spécialistes du cadre bâti, le gros oeuvre, le second oeuvre et l’aménagement. En 10 ans donc, ce rendez-vous nous a permis de croire que nous avons réussi à démocratiser notre corporation» lance t-elle avec fierté. Archibat, a connu un développement en 10 ans. Pour la présente édition, ce sont 4000 m2 d’espaces d’exposition pour environ 400 exposants contre3200 m2 pour l’édition 2015, soit une hausse de 20% pour environ 300 exposants. Concernant le nombre de visiteurs, de 10.000 en 2007, l’édition 2017 attend 30.000 visiteurs. Plateforme d’innovations, Archibat a apporté de véritables solutions dans les domaines de la construction et de l’architecture.Pour cette édition, 3 pavillons étaient prévus : le pavillon central dédié à la maîtrise d’oeuvre et aux gros oeuvres, celui sur l’état secondaire et le 3ème destinéaux promoteurs immobiliers et à la décoration couvrant ainsi toute la chaîne de valeur du secteur du cadre bâti.A côté de ceuxla, il y avait 2 pavillons internationaux, notamment le pavillon tunisien et le pavillon espagnol et d’autres exposants venant de 15 pays. Cette édition a pour thème, «10 ans de solutions pour transformer vos rêves en réalités»

Emerg_eco
ADMINISTRATOR
PROFILE

Posts Carousel

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked with *

Cancel reply

Latest Posts

Top Authors

Most Commented

Featured Videos

En vente ce mois-ci

Agenda

Info Fraternité Matin

[wp-rss-aggregator]

Taux de change